Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Eclatobulle

UN BAISER AU SOLEIL

6 Décembre 2021 , Rédigé par Eclatobulle Publié dans #Autobiographique

UN BAISER AU SOLEIL

Noël approchait à grands pas. Il serait désormais différent. Décembre 2021… Pas de sapin, pas de décorations, rien. Pourquoi ?

Avant, c’était inscrit au fond de lui et non négociable : un sapin, un vrai, avec des décorations traditionnelles en bois et peintes à la main. Noël, c’était cet enfant qui avait survécu et qui, par maints aspects, le définissait tant. Non pas qu’il n’avait pas voulu grandir, même s’il n’était pas bien grand. Noël était un phare, qui faisait briller ses yeux comme seuls peuvent briller de malice et d’envie les yeux d’un enfant.

Et puis il y eu ce jour d’avril. Ce fut un réveil brutal, indécent et sauvage. De ses yeux, ne jaillissaient plus que des larmes. Des eaux sombres, lourdement chargées de tristesse et de peine, teintées d’amours sanglants, se déversant en torrents dont le tumulte résonnerait à travers l’éternité.

En lui, la révolte grondait, la table fut renversée et l’Autel brisé en d’innombrables morceaux, dispersant son être aux 4 coins de son univers. De ce tout rempli d’un amour passion, il fut décharné jusqu’à l’os, et n’en restait que du vent, autour. Il fit l’apprentissage du néant là où pensait-il, dix ans plus tôt, avoir tout appris… mais la vérité était tout autre, car il comprit qu’il ne savait rien... Il allait le vivre pour de vrai.

Noyé dans ce bain glacé de sentiments moribonds, il en découvrit les moindres facettes, en ressentit le fer brûlant qui, lentement, entre dans la chair et pénètre avec fureur jusqu’au cœur. Ce fut le temps du ravage, du carnage car elle déversa sur lui sa rage. Il en mourut plusieurs fois, pour en renaître quelques jours après, à chaque fois.

La vie était la plus forte, finalement. Ce fut le temps de l’évolution. Il y eu un avant et un après. Mais pas tout de suite. Il l’aimait tant. Elle restait là, tout près de son cœur, avec tout le beau.

Mais un jour, la vie s’est écrite, sans elle. Seul et simplement rempli de lui, il a décidé de vivre et il devint inarrêtable, tant il débordait d'envie.

Préférant conjuguer l'être à l'avoir, il se détourna des choses pour mieux s'apprécier, avec douceur... C'était différent désormais, c'était la voie, la sienne.

Il la remercia en adressant un baiser au soleil
et en pensant aux jours heureux, finalement
car c'était son cadeau...

Elle n'en su jamais rien et ça n'avait aucune importance.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article