Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Eclatobulle

L'ASPIRATION

13 Avril 2021 , Rédigé par Eclatobulle Publié dans #A la vie...

L'ASPIRATION

Un gouffre s’est ouvert sous moi et je suis tombé dans le vide. Je suis terrorisé. De fort, je suis devenu faible. J’ai honte de moi et la terre m’a englouti complètement. Pourquoi ai-je sombré ?

A cette question, je n’avais aucune réponse à apporter. Par ma faute, ma vie avait basculé et durant de longues minutes, j’avais attendu l’impact. Mais rien… j’avais continué à chuter. C’était sans fin et c’était horrible, en fin de compte. Un être soumis à la pesanteur depuis le jour de sa naissance redoute la chute. Plus elle est longue et plus elle sera dure. Nous le savons et la physique nous conforte dans cette idée, il n’y a pas à en douter.

Il y a une minute, une heure, un an, un siècle et je tombe.

Ce sont là des moments impossibles et rien ne nous y a préparé. Dans ces instants, la vie nous reprend plus qu’elle ne nous donne. Tout ! A chaque seconde, nous voici un peu plus près de la fin et pourtant, rien ne vient.

Les bras ouverts en croix, le nom d’un dieu est une futilité absurde, je le hais de toute mon âme. Dieu est un non sens. On implore la clémence d’un astre mais c’est en vain, on supplie et ce n’est pourtant pas la fin.

On veut enfin être frappé, fort, vite, maintenant ! Il faut que cela finisse et cela n’a pas d’importance. Aux hurlements du désespoir succède le silence froid de l’attente. L’impuissance étreint jusqu’à l’asphyxie. Les poumons vides, le feu remplace l’air doux.

Je connais, malgré moi, tout de l’apocalypse et dans cet effondrement absolu, l’éternité n’est plus un désir mais une aversion. Autour, tout est sombre, la nuit est là, les sens se font moins précis et dans cette verticalité, il n’existe aucun chemin et du haut vers le bas, on ne distingue plus.

L’accélération est puissante, violente et me voici flottant au milieu de rien, sans boussole, sans caillou blanc, sans trace. Je suis perdu, absorbé dans le vide. Ce que je fus, je ne suis plus.

J’accélère encore, attiré toujours plus vers le bas.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article