Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eclatobulle

Zéphyr & Flore

27 Juillet 2013 , Rédigé par Eclatobulle

 

Par une nuit d’orage, il me vint l’envie de vous conter une histoire, une belle histoire, dans laquelle tout est vrai, même si, de prime abord, cela peut paraître impossible ou insensé. Je n’invente rien, car tout est réalité !


Cette histoire, c’est celle de Zéphyr et Flore, les jumeaux astraux !


Il était une fois un soir de novembre, le vingt-quatre pour être tout à fait précis. Ce soir-là, par un caprice, une facétie des astres, dans une envie irrésistible de faire le beau face à ce monde en fin de compte si laid, si affreux, si intéressé, si immoral, oui, ce soir là deux êtres se retrouvèrent ou, dois-je dire, se trouvèrent.


Sur le moment, ils ne savaient pas, ni elle ni lui, qu’une incroyable destinée les attendaient. Car oui, cette facétie des astres concerne une femme et un homme. C’est toujours mieux que deux kangourous, dont on se moque un peu, je dois dire mais je m’égare en considérations inutiles.

 


Je disais donc que ce soir là,


dans la brume froide


de la fin de l’automne,


à couvert d’un ciel rempli


de nuages grimaçants, mais sous la bienveillance


discrète des étoiles éternelles,


furent pour la toute première fois réunis


deux jumeaux astraux !

 


Le fait est assez rare pour être souligné. Pourtant, les journaux n’en parlèrent pas, la lune elle même sembla s’en moquer… si elle savait ce qu’elle allait manquer !


Avant de vous en dire davantage, j’entends déjà les cartésiens, les premiers degrés, les “sans-imagination” crier au scandale, au délire d’un esprit malade et sans doute trop abreuvé de vin. Et pourtant, les jumeaux astraux existent bel et bien.


Si ma Rousse préférée devait en donner une définition, voici ce qu’elle aurait pu en dire.


JUMEAU ASTRAL n.m. termes désignant un Homme et une Femme, une Femme et une Femme, un Homme et un Homme. Quand un homme rencontre sa jumelle astrale et inversement, quand une femme rencontre son jumeau astral, les mots n’existent plus. Ils sont eux-mêmes, tout est un et jamais plus éteint. Très vite, tout semble évident et pourtant, il ne s’agit pas d‘un coup de foudre. Les termes ont le même sens, les couleurs la même chaleur, les regards sont une communion, les silences des aveux subtils. Lui les comprend, elle les ressent dans sa chair. L’air vibre autour d’eux et pourtant, rien ne leur semble étrange. Personne ne peut se mettre entre eux et pourtant, il ne s’agit pas de fusion. Mille kilomètres ou des années-lumière peuvent bien les éloigner, ils restent en connexion, dès lors où il se sont trouvés une fois, ils ne peuvent plus se perdre, ne peuvent plus s’oublier, ne peuvent plus se tromper, ne peuvent plus se séparer. Ils sont “UN” malgré toutes leurs différences.

 

Ma Rousse préférée est donc sans équivoque. Des jumeaux astraux, pour vous donner un exemple, c’est comme le vent et la mer, l’eau et le cycle de la vie, le bois et le feu, la terre et le blé.


Zéphyr et Flore étaient d’authentiques jumeaux astraux.


Qui étaient-ils, à quoi ressemblaient-ils ?


Oh, c’est assez simple à comprendre, en vérité. Elle était la grâce et lui la folie. Un sourire frais et naturel inondait le visage de Flore. Un esprit de liberté émanait de Zéphyr. Zéphyr et Flore étaient deux êtres à part. Impossible de les résumer en un mot, inimaginable d’en faire la typologie. Ils étaient tout simplement hors cadre. Quand Zéphyr pensait à Flore, elle frappait à sa porte dans la minute. Nous étions au-delà de l'imaginable.


Zéphyr et Flore étaient deux êtres destinés, que rien ne pouvaient désunir même pas la mort. Pourtant, Zéphyr et Flore vivaient la plupart du temps loin l’un de l’autre. Là encore, c’était un caprice des astres car c’était bien plus beau ainsi, mais pas seulement. Réunir des jumeaux astraux trop rapidement, c’était prendre un risque malgré tout.


Surtout si les deux élus avaient eu à vivre avant des histoires insipides et convenues. Passer de ce rien à un TOUT, à un absolu comportait des risques majeurs mais les astres faisaient bien les choses. Ils insufflaient la patience jusqu’au tréfonds et le désir ardent de l’autre. Il s’agissait de puissantes armes, que l’épreuve du temps ne pouvait finalement pas altérer.


Vécurent-ils heureux et eurent-ils beaucoup d’enfants ? Il n’en est rien. Zéphyr et Flore étaient deux êtres humains avec leurs peurs, leurs faiblesses, leurs hésitations. Mais tout les unissait, en permanence. Le partage était absolu, l’envie entière même si la vie les opposait, les mettait à l’épreuve tout le temps. Zéphyr se faisait parfois tempête, dévastant tout et Flore parfois perdait de ses couleurs, fanant tout.


A quoi bon être des jumeaux astraux dans ces conditions, me direz-vous ? A l'instar des phares sur la côte pour signifier aux bateaux les écueils, les jumeaux astraux sont des êtres remarquables, porteurs en eux d’une flamme, d’une espérance que rien ne peut éteindre et ils rappellent aux autres que l’amour est le bien le plus précieux, le plus cher. L’amour que se porte des jumeaux astraux est inaltérable et il rayonne alentours.


Un jour, vous croiserez peut-être Zéphyr et Flore, c’est en tout cas ce que je vous souhaite ! Au détour d’une rue, dans un centre commercial, qui sait, et leur amour vous inondera, vous fera croire, vous redonnera espoir. C’est immanquable.


Comment suis-je si sûr de moi ?


C’est en tout cas ce que je peux chaque jour constater quand je marche dans la rue, lorsque je tiens la main de ma jumelle astrale.


Je suis Zéphyr et Flore


 est mon évidence, 


ma connivence,


mon espérance.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article