Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eclatobulle

Mille mots adressés à un Génie

20 Septembre 2010 , Rédigé par livre.eclatobulle.over-blog.com Publié dans #Billets d'humeur

 

Ce dimanche dernier, des élections ont eu lieu en Suède. L'ombre noire s'étend désormais sur cette terre froide où, doit-on le rappeler, on y remet chaque année, entre autres, le prix Nobel de la Paix. Eclatobulle a pour vocation d'être un espace de Liberté, où j'y dénoncerais parfois les travers et les errances de mes contemporains. Voilà pourquoi c'est un billet d'humeur qui est aujourd'hui publié.

 

Bonne lecture

 

 

Mille mots adressés à un Génie

 

Cher Génie,

 

Qui que tu sois, c’est à toi que ces mots sont destinés aujourd’hui car visiblement, l’Europe a bien besoin de tes lanternes pour l’éclairer. En effet, l'ombre avance... Je sais, tu me répondras qu’allumer des lanternes de nos jours, ce n’est pas très bon pour le bilan carbone de notre chère vieille terre, mais enfin, il y a peut-être à trouver un juste milieu entre l’enfer carbonisant d’un puits de pétrole BP en flamme et un feu follet blafard...

 

Faisons, ô divin génie - car tu aimes quand je te flatte - un rapide tour d’horizon de la folie qui semble s’être emparée des hommes...

 

Ce matin encore, j’entendais à la radio nationale, pourtant fort complaisante, cette information inquiétante : l’extrême droite a fait une nouvelle percée lors d’élections en Europe. Cette fois-ci, c’est la Suède qui s’y colle. Bravo, on se sent moins seul !

 

C’est vrai, la Suède est un petit pays aussi reste-elle loin des Pays-Bas, de la Belgique, du Danemark, de la Hongrie, de l’Autriche, de la Bulgarie et de l’Italie, où des performances à deux chiffres ont été atteintes. La Suède rejoint les alcôves noires des moins de dix pourcents où se sont déjà fourvoyés la Finlande, la Roumanie, la Grèce, la France, le Royaume-Uni et la Slovaquie !

 

Alors, oui, on nous explique - sous-entendu on peut le comprendre - ici, là, ailleurs... que La crise économique frappe le Vieux continent durement et de fait, on justifie le retour en gloire des heures sombres du populisme et du nationalisme. On érige des totems mornes aux frontières pour conjurer le multiculturalisme, et l'islam en particulier ! C’est vrai, il est facile de tirer à bout portant sur le premier étranger qui passe... Après tout, il l’avait bien cherché, fallait pas qu’il soit là au mauvais moment, celui-là. Il nous fallait un bouc émissaire, le voilà !

 

Empaillons-le que diantre, cela fera un exemple et pendons-le haut et court à nos murailles, qui sait, cela fera peut-être fuir les corbeaux... J’en doute car les corbeaux ne sont pas ceux que l’on pense ! Le corbeau est un charognard qui aime à se repaître de cadavres encore chauds... Non, c’est sûr, les corbeaux sont de sortie ces jours-ci et la terre d’Europe leur est visiblement propice. Ils y prospèrent à l’ombre de l’opinion amorphe des masses outrageusement manipulées et de gouvernements pas trop regardant et toujours prêts - Dicton scout - à consentir le pire pour quelques voix de plus...

 

Ô merveilleux génie - car tu adores quand je te brosse dans le sens du poil - si la folie semble s’être emparée de nos urnes, elle n’en est pas moins devenue maîtresse également de nos consciences. Il y a quelques lignes, je brocardais l’opinion amorphe de mes contemporains. C’est bien de leur démence que je voudrais à présent t’entretenir. En cette année fétide, l’individualisme semble avoir donné le coup de grâce fatal à la conscience collective... le chacun pour soi est définitivement proclamé religion d’Europe et tous cautionnent sans moufter cet état de fait. Faisons donc comme si de rien n’était et dans ce rien, oublions nous !

 

Arrêtons de penser, c’est très mauvais et surtout, vivons pour nous même, nous le méritons car la vie est belle... On vient de le voir ! L’homme s’oppose à l’homme, la femme s’oppose à l’homme, la femme s’oppose à la femme. Partout, les êtres luttent, se déchirent pour une parcelle d’autonomie, une quête d’universalité stérile et d’indépendance, pour un droit de vivre à demi-tarif des vies compassées où l’on veut être aux yeux des autres un Rien du tout génial - et là tu me comprendras car ton génie l’est, lui - à moins que ce ne soit un TOUT vide auréolé d’orgueil infâme et d’aveuglement primaire. L’avoir a enterré l’être et de lettres, il n’en reste que des bribes informes, triturées et violées en tous sens par sms !

 

Le mensonge est roi et il a choisi l’apparence pour être sa reine. L’image écrase le mot sous son poids, encore alourdit par les manipulations d’octets photoshopés qui nous donne à croire que la réalité de l’être n’est plus que virtuelle.

 

J’adore a remplacé je t’aime...

 

... et avec lui, la liberté a trépassée... Désormais, les prisons volontaires fleurissent partout sur sa tombe ! Et que dire encore de ces êtres sans âme qui s’enchaînent chaque jour malgré eux un peu plus à leurs consoles informatiques en s’abreuvant de rien, que quelques clics suffisent largement pour assouvir leur sens critique proche du néant, avant de s’avachir dans leur canapé moelleux, puants de honte ignorée, qu’ils ont eu le plaisir de s’offrir pour consommer du Grand Ecran au travers duquel une soupe empoisonnée leur est servie toute prête à digérer.......... Excuse-moi, Ô vénérable génie, je viens de vomir !

 

A présent, cher Génie, murmurons ensemble, très simplement... N’y vois-tu pas matière à nous donner un peu de ta lumière, histoire que l’on y voit un peu plus clair - Un éclair, mon Génie, c’est précisément ce qu’il nous faut... Mais chut, ne le crions pas trop fort, j’en vois déjà qui pourraient prendre peur, bien qu’ils soient aveugles !

 

Bien sûr, Ô splendide Génie - car je sais que tu te délectes de potions mielleuses - je ne veux aucunement te presser à me répondre, car le Génie est un don fait aux Hommes et il se doit d’être respecté pour ce qu’il est : Génial. Toutefois, je sollicite aujourd’hui ta grande bonté et je te le dis tout net, dans mon grand irrespect :

 

Génie, j’aurais aimé que tu viennes


tout simplement à notre secours,


que tu sortes de ta lampe car peut-être


en fin de compte, tu nous dois peut-être

 

bien plus que la lumière - de ton Génie - il va de soi !

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article