Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eclatobulle

Même pas cap’ ?

16 Janvier 2015 , Rédigé par Eclatobulle Publié dans #Billets d'humeur

Ces 7, 8 et 9 janvier 2015, une soudaine barbarie s’est abattue sur dix-sept de mes compatriotes et je dois dire que, depuis, ça me donne matière à réfléchir. Je cherche des réponses, j’essaie de comprendre pourquoi des hommes commettent de tels actes, vomissant le nom d’un dieu avant d’ôter la vie…

 

Depuis quatre jours, j’essaie d’ailleurs d’écrire sur ces dieux mais je me rends compte que je suis bien mal placé pour le faire. Il est en effet difficile d’écrire quelque chose de sensé sur un concept aussi manichéen, inventé de toutes pièces il y a des siècles de cela par des atrophiés du bulbe pour des moutons perdus dans le désert, assoiffés de réponses existentielles… à moins d’être soi-même un illuminé faisant partie de la bande, bien évidemment.

 

J’ai donc laissé tombé l’idée de me répandre en vacheries gratuites sur un masochiste qui prend son pied en se faisant clouer sur une croix pour la gloire de son père ou sur une sorte de camé, paléocrétinique qui voit des archanges partout. Pardonnez l’anachronisme : c’est comme Auchan, Leclerc et Carrefour, ils vendent tous la même soupe empoisonnée et mensongère.

 

Finalement, ce que tout cela m’inspire, c’est que le fascisme est bel et bien de retour parmi nous. Nous ne devons pas avoir peur du mot, car ce n’est qu’un mot. En revanche, il me semble essentiel de se mettre enfin debout sur nos deux jambes, nez au vent et de faire face de toutes nos forces car la situation est manifestement grave.

 

Qu’est-ce que le fascisme me direz-vous ? Nous pensons tous savoir ce que ce terme signifie et pourtant, je pense qu’il est nécessaire d’en redonner la définition la plus simple. Le fascisme est une doctrine ou un système politique tendant à instaurer sur un état un régime totalitaire.

 

Précisons !

 

Un régime totalitaire est un système de gouvernement dans lequel l’état, en général par le biais d’un parti unique (laïc ou d’inclinaison religieuse), accapare la totalité des pouvoirs politique, économique, culturel, judiciaire et ce, au détriment des libertés individuelles. Tous les aspects de la vie sociale et individuelle sont organisés et contrôlés par un état “tout-puissant” représenté par un “guide” suprême. Cet état a droit de vie et de mort sur les individus. On y nie la différence et l’altérité pour affirmer à la place une identité nouvelle et indifférenciée : l’image du mouton est ici appropriée. Le chef des moutons dit : saute ! Les moutons sautent. Le chef des moutons dit : tue ! Les moutons tuent ! C’est relativement simple à comprendre, même pour un mou du cerveau.

 

On se rend donc bien compte que toute idéologie politique ou religieuse qui tend à instaurer un tel régime au sein d’un état est le fascisme.

 

Rappelons que définir le fascisme comme étant uniquement d’extrême-droite est une connerie monumentale. Le fascisme est un extrémisme et il n’est ni de droite ni de gauche ni du centre ou de je ne sais où.

 

Que l’on oblige des femmes et des hommes et jusqu’au minou Wiskas à suivre une pensée unique au nom d’une politique ou d’une religion est le fascisme.

 

Par exemple, seul un régime fasciste s’arroge le droit de tuer de manière arbitraire des individus, représentatifs d’une pensée dissidente à la sienne.

 

Le fascisme élimine la différence, toutes les différences. Son mode opératoire est toujours le même. Il prolifère telle une pourriture d’abord, à la surface d’un peuple en désespérance et incapable de se remettre en question. Il favorise la victimisation de ce peuple et l’érige en sentiment majoritaire, voire national. La victimisation débouche inéluctablement sur la recherche d’un ou plusieurs bouc-émissaires.

 

Le fascisme est donc bel et bien de retour parmi nous et il apparaît au grand jour, dans toute sa brutalité ! Ouvrons les yeux et comprenons ce qui se passe vraiment. Analysons ces événements avec impartialité et sans complaisance.

 

Regardons en face la laideur de cette bête immonde et refusons-la, chacun à sa manière ! Il est temps de prendre ses responsabilités et de cesser de penser qu’on n’y peut rien.

 

Certaines pistes sont peut-être à explorer plus que d’autres. Réapprenons à penser par nous même. Conjuguons le verbe “Être” plus que le verbe “Avoir”. Ayons le courage de croire d’abord en ce que nous sommes. Il y en a d’autres bien sûr.

 

Mouais… même pas cap’ ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article