Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eclatobulle

Les larmes d’un Phénix

10 Novembre 2010 , Rédigé par livre.eclatobulle.over-blog.com Publié dans #Autobiographique

 

 

 

 

Les larmes d’un Phénix

 

Quand le long du bec de l’oiseau mythique, des larmes se mirent à couler, ce fut le signe que le temps était venu. Posé à présent sur le sol déchiré, la tête légèrement penchée sur le côté, il agonisait. Le combat qu’il livrait semblait maintenant perdu face à ce monstre tout droit sorti des limbes !

 

Il était seul face aux ténèbres. Il avait vu tomber les siens, les uns après les autres, abattus en vol par les sorts maléfiques de ce mal absolu. Il gisait là, dernier représentant de son espèce, près d’un champ de lave bouillonnant de rage dont les lueurs de sang emplissaient tout l’espace. Mais ce mal n’était rien...

 

Car en cet instant, dans son esprit revint le souvenir de ton amour que tu sacrifias dans tes silences. Parce que tu n’avais à offrir désormais qu’un enfer d’indifférence, au bord du précipice, l’avenir privé de toi le ravagea encore et encore, détruisant tout alors que chaque grain qui s’écoulait au sablier de l’éternité le remplissait un peu plus de vide.

 

C’est alors qu’il fut projeté au beau milieu d’un brasier ardent où résidait une autre créature encore plus effroyable qui s’empara de son cœur, le déchira pour le réduire au néant, mille fois. Ce fut toi, dragonne, mais tu n’étais plus toi !

 

Le Phénix voulait fuir ton regard emplit de haine noire, mais les flammes de tes pensées l’emprisonnaient et carbonisaient son âme, toujours, jusqu’à n’être plus que cendre !

 

Dans son bec, où résonnaient jadis ses chants éternels pour toi, il ne restait qu’une illusion sèche. Alors, il ressentit une dernière fois le goût de ta fièvre, ses yeux contemplèrent l’éclat de tes écailles, il se perdit dans l’infini de tes reflets changeants. Il rêva et il entendit le râle sourd de tes soupirs, il entrevit la douceur bleutée de tes yeux, il se souvint de la passion de tes envies, de la touchante intrépidité de tes mots, de la chaleur de tes gestes, de ta fougue sensuelle et mystérieuse.

 

Bientôt, lorsqu’à l’intérieur de lui, le dernier bouclier de diamant cèderait face à la barbarie de ton être, le Phénix sècherait ses larmes et se consumerait pour la toute première fois !

 

C’est ce qu’il advint... seulement, sans âme, le Phénix ne put renaître...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

LM 11/11/2010 13:31


Il est dit qu'un élément extérieur permet au Phoénix de renaître...mais seulement c'est plus tard dans l'histoire...


livre.eclatobulle.over-blog.com 11/11/2010 13:37



Mais... il ne faut pas révéler la suite lol Oui, c'est vrai, un Phénix ne meurt pas, mais cela fera l'objet d'un deuxième volet. A suivre donc... Bien à toi. FRED