Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eclatobulle

Le Chevalier Maître Soupe et la Fée des bidons à potion

30 Mars 2011 , Rédigé par livre.eclatobulle.over-blog.com Publié dans #Contes et légendes

Qu'on se le dise, cette histoire est un conte pour petits et grands. Il suffit pour la lire de s'asseoir tranquillement dans son canapé, d'enlever ses chaussures et de boire une tasse de thé au lait... enfin, dans l'idéal, après chacun fait comme cela lui plaît, bien sûr !

 

Je vous souhaite une très bonne lecture !

 

 

Voici donc l'histoire du


Chevalier Maître Soupe et la Fée des bidons à potion

 

Dans un château lointain il y a maintenant bien des siècles, vivait un Chevalier Maître Soupe (autrement appelé C.M.S. pour les adeptes des acronymes et je sais que parmi mes lecteurs, il y en a !).

 

Ce Chevalier Maître Soupe était connu dans tout le royaume et même au-delà, jusqu’au fin fond de la forêt des caramboles, celle-la même où habitait secrètement une bien étrange créature, que d’aucun disait être légendaire : une authentique Fée des bidons à potion !

 

Cette Fée, pour légendaire qu’elle fut, était bien réelle malgré tout et ses impressionnantes oreilles avaient eu vent de l’existence de cet incroyable Chevalier Maître Soupe dont on disait qu’il faisait les meilleures soupes jamais lapées goulument durant une vie d’homme.

 

Et c’est vrai que les soupes du Chevalier étaient exceptionnelles. A tel point que chaque premier vendredi du mois, il avait été inscrit dans la charte du royaume que le Chevalier Maître Soupe devait procéder à une distribution gratuite de soupe à tous les sujets qui se présenteraient ce jour-là au château.

 

C’était la règle, il en était ainsi et le Chevalier Maître Soupe s’y pliait avec grâce et bonne volonté car après tout, tel était son bon plaisir que de faire des soupes pour qui voulait bien les laper.

 

Ainsi, chaque premier vendredi du mois, des cohortes de lapeurs en manque de soupe venant de tout le royaume se pressaient tôt aux abord des portes et des impressionnantes murailles du château. Le Chevalier Maître Soupe était si content de donner à laper à tant de monde qu’il redoublait de virtuosité dans la préparation de ses soupes. Et il se paraît pour l’occasion de son plus beau tablier, celui avec des chevaux d’or brodés.

 

Chaque mois, ainsi, il mettait au point une soupe différente, alternant subtilement l’élaboration de ses préparations, réglant au plus juste les dosages, les assaisonnements, les cuissons... rien n’était laissé au hasard et le Chevalier Maître Soupe était heureux ainsi.

 

On comprend donc facilement pourquoi l’existence et la renommée du Chevalier Maître Soupe vinrent jusqu’aux impressionnantes oreilles de la Fée des bidons à potion. Ce que l’on ignore en revanche, c’est pourquoi cela éveilla la curiosité de la Fée et c’est bien cette histoire que je m’en vais vous conter.

 

Car le projet de la Fée des bidons à potion fut rapidement très clair dans sa petite cervelle de fée déjantée (car elle l’était). La preuve en était de sa folie : c’est bien à elle que l’on devait tout d’abord le nom de cette extraordinaire forêt où elle avait élue domicile, il y avait maintenant bien des lunes... elle même avait cessé de compter.

 

Oui, on lui devait le nom de forêt des caramboles car elle avait tissé en tout sens tant et tant de sorts différents que tous s’emmêlaient désormais les uns aux autres, ce qui avait pour effet de provoquer parfois de terribles carambolages entre les arbres, les rochers, les animaux et les gens qui s’y aventuraient.

 

Ainsi, dans cette forêt folle où tout s’entrechoquait si volontiers, il n’était pas rare de voir un écureuil se faire emplafonner par la noisette qu’il convoitait avidement. Pauvre bête et cruel destin pour un animal au demeurant si charmant, vous en conviendrez avec moi !

 

Bref, rares étaient donc ceux qui volontairement se rendaient dans la forêt des caramboles. Parfois, un bizutage faisait la une des “Petits Papiers du Mercure” (Le P.P.M., reconnu comme étant le seul organe de presse libre du royaume, à couvrir l’actualité brûlante).

 

En gros titre, on pouvait lire alors :

 

ENCORE UN BIZUTH EMPLAFONNÉ
À LA CARAMBOLE PAR UN ÉCUREUIL !

La Ligue Active de Protection des “Rouquins à Queue Touffue” (L.A.P.R.Q.T.) s’indigne et porte plainte au Bureau Royal des Pertes et Fracas”

 

Décidément, ces charmantes petites bêtes payaient un lourd tribut à cette folie de sortilèges entremêlés.

 

Déjantée, elle l’était aussi dans la manière où elle menait à la baguette magique son équipe de souris à queue plate. Les pauvres souris n’avaient pas une vie facile aux côtés de la Fée des bidons à potion. Chaque jour, elles avaient pour mission de récolter pour elle les baies, les champignons, les racines, les fleurs qui entraient dans la composition des potions de la Fée. D’autres étaient dédiées au service informatique bien évidemment, à la communication, à la logistique... bref, comme le Père Noël avait ses lutins, la Fée des bidons à potion avait ses souris bonnes à tout faire !

 

Et chaque jour, les bidons remplis de potion s’accumulaient dans les entrepôts de la Fée. Il y en avait partout. Le drame pour la Fée des bidons à potion, c’est que personne ne venaient plus la voir pour lui acheter ses bidons de potion, qui pourtant faisaient des miracles pour tout ou presque. C’est ce qui se racontait…

 

Pour attirer les clients, les offres commerciales ne manquaient pas et régulièrement aux abords de la forêt, placardées sur les arbres, on pouvait lire sur les affiches :

 

Offre exceptionnelle !


Grande liquidation


de potion de Printemps !


Pour un bidon de potion de Printemps acheté,


25 bidons gratuits !


- Grand choix - Large gamme

 

Bien souvent, à la com’, les souris se frisaient les moustaches ! Régulièrement, la Fée les convoquait pour les sermonner. Elle menaçait de les virer jusqu’à la dernière pour prendre des écureuils à la place !

 

Pour autant, les gens ne venaient pas car la forêt des caramboles faisait peur ! Voilà pourquoi naquit dans la cervelle déjantée de la Fée une idée :

 

“Si j’arrivais à convaincre le Chevalier Maître Soupe de s’installer dans ma forêt, je pourrais écouler à nouveau mes potions miraculeuses. Les gens viendraient pour boire de la soupe et repartiraient avec des bidons remplis de potion !” pensa-t-elle.

 

Sûre d’elle, elle convint de se rendre au château le premier vendredi du mois suivant pour rencontrer celui qui était capable de faire déplacer les foules avec de simples soupes. C’est vrai qu’il y avait là de quoi faire rêver une Fée spécialisée dans les potions miraculeuses.

 

Le vendredi tant attendu arriva et la Fée des bidons à potion s’engagea sur le chemin, décidée qu’elle était à subjuguer le Chevalier Maître Soupe à l’aide de sa plus puissante potion d’amour : The Love Potion N°5, à l’eau de Cannelle !

 

Ainsi lestée de sa redoutable arme de séduction, elle arriva devant les portes immenses du château royal. C’était la première fois qu’elle se rendait dans cet endroit et elle décréta tout à trac que la place manquait cruellement d’arbres. De plus, ses impressionnantes oreilles trainaient par terre sur le pavé froid et cela l’incommodait au plus haut point. Elle entreprit de les rouler dans son gilet, histoire de ne plus être embêtée.

 

Une foule immense attendait à l’entrée bien qu’à vue de nez, il ne devait pas être plus de sept heures le matin. En écoutant les conversations, la Fée des bidons à potion constata que le sujet qui revenait sans cesse était bien sûr la soupe et son généreux pourvoyeur, à savoir le Chevalier. Les spéculations allaient bon train sur la nature du breuvage qui serait servi à la foule ce jour et toutes sortes de suggestions fusaient, de ci, de là… Soupe aux cèpes et au lait, soupe d’endives et de marrons glacés, soupe de perles de chine aux navets frais… avec le Chevalier Maître Soupe, tout était possible et ce qui était sûr pour tous et pour chacun, c’est que l’on allait vraiment se régaler !

 

Soudain, le moment tant attendu fut annoncé : le hérault et le chevalier apparurent enfin sur les hauteurs du château pour dévoiler la recette du jour !

 

 

“Oyé oyé bonnes gens ! lança de sa voix fluette le Chevalier Maître Soupe. J’ai le plaisir de vous servir ce jour une recette qui ne manque pas de piquant :

 

Pour vous, j’ai choisi la soupe d’orties


aux baies de genévrier


marinées dans du lait caillé !”

 

Le Chevalier Maître Soupe n’avait pas encore souhaité bon appétit à l’assemblée que déjà on évacuait ceux qui, rien qu’à attendre l’énoncé de la recette, s’étaient pâmés. Des bagarres ici ou là éclataient pour les places les plus avancées. Comme à son habitude, on donna la garde pour calmer tout ce petit monde, on menaça même de tout annuler… le calme revint rapidement parmi la foule qui mourrait maintenant d’envie de boire cette soupe chevaleresque.

 

Le soleil progressait dans le ciel et la Fée des bidons à potion avançait doucement vers l’entrée du château. Là, bientôt, elle pourrait demander audience au Chevalier, comme il était d’usage pour tous ceux qui se présentaient pour la première fois au château.

 

A voir les mines réjouies et comblées de celles et ceux qui avaient goûté la soupe, la Fée convint que tout cela participait d’une pantomime car après tout, il ne s’agissait que d’une soupe !

 

Finalement, après de longues minutes,


la Fée fut présentée au chevalier.

 

“Bonjour Chevalier, je me présente ce jour devant toi, permets-tu que je te tutoies ?” déclara la Fée pas gênée.

 

Le chevalier trouva les manières de la Fée un peu cavalières mais soit pourquoi, elle était rigolote avec ses grandes oreilles roulées dans son gilet.

 

“Oui Jolie Fée, tu le peux comme je le pourrais ! dit le Chevalier. Ainsi viens-tu pour la première fois au château pour goûter à la soupe que j’ai préparé avec tant d’amour pour tous les sujets. Je suis ravi ce jour de t’en donner. Bois-en tant que tu veux, j’en ai préparé suffisamment pour te rassasier !”

 

“Oh, gentil Chevalier, j’accepte ta soupe avec plaisir mais sache que j’ai pour toi préparé une potion d’amitié, qu’il est d’usage dans ma forêt de partager avec mes hôtes ! Je serai honorée que tu l’acceptes en retour, en remerciement de ta grande générosité !” mentit honteusement la Fée intérieurement bidonnée.

 

Bien que pas fan des potions de Fées, le Chevalier Maître Soupe accepta la proposition empoisonnée de la Fée des bidons à potion.

 

“Bonne Fée, je suis ravie de boire ta potion, donne m’en une belle bolée !” lança-t-il à la Fée.

 

La Fée s’exécuta et donna à goûter au Chevalier Maître Soupe sa miraculeuse potion d’amour. Dès la première gorgée, le Chevalier fut agréablement surpris. Manifestement, il s’attendait à une potion infecte, mais non, elle était juste amère et trop salée.

 

Et pendant qu’il se délectait difficilement de ce breuvage enchanté, la Fée sirotait tranquillement la soupe du jour du Chevalier Maître Soupe !

 

Bien entendu, la magie opéra et ce qui devait se passer

 
se passa et le miracle se produisit.

 

La Fée fut littéralement subjuguée par la saveur envoûtante de la soupe du chevalier. Le Chevalier Maître Soupe regardait la Fée s’envoyer bol sur bol la soupe qu’il avait préparé. Il était heureux, une fois de plus, d’avoir concocté une bonne soupe. C’est tout ce qui comptait pour lui !

 

En revanche, l’histoire ne raconte pas si le Chevalier Maître Soupe tomba raide dingue de la Fée des bidons à potion... mais les archives des Petits Papiers de Mercure relatent un fait divers pour le moins troublant, le jour d’après.


Il semblerait qu’une importante pollution de couleur orange fut remarquée dans le cours d’eau traversant la forêt des caramboles, qu’un tas impressionnant de bidons fut retrouvé abandonnés à la lisière de cette dernière et qu’un exode massif de souris à queue plate aurait été constaté “de visu” par un joueur de flûte, présent ce jour-là au sud de la forêt.


Le Chevalier Maître Soupe n’entendit plus jamais parlé de la Fée des bidons à potion. La légende prit le relais…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article