Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Eclatobulle

La maison du bonheur

18 Septembre 2010 , Rédigé par livre.eclatobulle.over-blog.com Publié dans #Moments de vie

Là encore, c'est l'image qui a inspiré les mots... Que faut-il en dire d'autre, peut-être que le bonheur est aussi simple que cela, mais encore faut-il être à ce moment-là capable de le voir, de le prendre pour ce qu'il est, surtout lorsque la vie se complique, d'être capable d'en garder sa douce chaleur au fond du coeur !

 

Bonne lecture

 

Mercredi, sept heures moins le quart du matin. Le réveil de David sonna. Ce dernier se leva rapidement comme à son habitude. En fait, il était réveillé depuis un petit moment déjà... David était un homme de trente sept ans et cela faisait maintenant trois mois qu’il vivait, au jour le jour, semaine après semaine, au rythme de la garde alternée de leur fille Lola, depuis que sa femme Cédrine avait quitté le domicile conjugal pour vivre sa vie.

 

Cette semaine, David vivait donc avec Lola. Lola occupait une grande place dans leur vie, à elle comme à lui. Ils se sentaient proche d’elle, elle était proche d’eux. Elle parlait beaucoup, mais les mots n’étaient pas forcément utiles pour qu’ils se comprennent. Un regard, une situation, un ressenti les faisaient souvent aller dans le même sens. Elle était intuitive, réfléchie et sensible. “C’était bien leur fille...” pensa-t-il. David et Cédrine étaient aussi comme cela !

 

David se dirigea vers sa chambre pour la réveiller. La maison était calme. En chemin, il constata par la fenêtre que le ciel était gris. “Encore une journée maussade !” pensa-t-il.

 

David entra dans la chambre de Lola et comme tous les matins, il déposa une tonne de bisous sur les joues de la petite fille pour l’éveiller. En fait, ils en avaient discuté tous les deux et d’un commun accord, ils avaient opté pour ce déluge d’affection où les mots n’avaient pas leur place pour commencer la journée.

 

Une fois la pluie de bisous achevée, David quittait la chambre et descendait au rez-de-chaussée. Il n’avait même pas besoin de dire à Lola de descendre pour venir se préparer.

 

Le rituel du matin était bien en place et la journée commençait ainsi pour eux deux, telle une mécanique d’amour bien huilée.

 

David se rendait ensuite dans la salle de bain où il prenait sa douche, pour éliminer les dernières traces de sommeil qui tentaient désespérément de s’accrocher à ses paupières. Machinalement, il allumait la radio, écoutait l’info en cours puis allait sous la douche.

 

Là encore, David se douchait rapidement, déjà perdu dans ses pensées et dans sa journée à venir. L’eau chaude coulait sur son corps et décidément, la journée commençait bien. La température était idéale, il se sentait de bonne humeur. Il jeta un coup d’œil rapide dans le miroir. Il avait bien maigri ces derniers mois et ses abdos ressortaient bien à présent. A trente sept ans, il avait retrouvé sa silhouette de jeune homme. Cela ne lui déplaisait pas d’ailleurs. David avait toujours aimé son corps, qu’il trouvait bien proportionné, pas trop musclé. Il avait deux jolies fossettes sur les fesses... Cédrine en raffolait jadis !

 

Il en était là de cette autosatisfaction bien matinale lorsque la porte de la salle de bain s’ouvrit et que Lola entra. “Regarde Papa, j’ai dessiné une Winx pour Maman, elle est belle hein, c’est ma préférée, c’est Roxy !” annonça t-elle tout en montrant son dessin.

 

Les dessins de Lola étaient toujours très colorés et elle passait un temps infini à en réaliser, matin et soir. David aimait les dessins de Lola. Sûrement, les fées de la création s’étaient-elles penchées sur son berceau ? Elle y ajoutait toujours de petits détails charmants... “Oui, ma chérie, il est beau ton dessin et Maman sera contente, j’en suis sûr !” avait-il ajouté. David était content lorsque Lola pensait à sa mère. Elle en avait tant besoin, que l’on pense un peu à elle...

 

L’œil de David s’attendrit et il repensa à Cédrine. Le dessin de Lola venait de le renvoyer à elle. La journée allait être un peu plus compliquée à gérer s’il y pensait trop.

 

David fit l’effort pour se reprendre et se concentra sur la tenue qu’il proposerait à Lola pour la journée. David sortit de la douche et se sécha. Lola était repartie. Il enfila un boxer noir après avoir hésité avec un string et passa une chemise et un jean. A nouveau, il se regarda dans le miroir. Il se coiffa et appliqua un peu de crème sur son visage, un produit anti-rides. David était attentif à son apparence, sans en faire trop.

 

Il descendit les paniers dans lesquels se trouvaient les habits de Lola. Ils étaient situés dans le haut du placard. En les prenant, il ne fit pas attention à la pile de linge au-dessus. Avant même qu’il n’ait pu les retenir, tout le linge repassé par Isa, la femme de ménage, lui tomba sur le nez, s’étalant partout dans la salle de bain.

 

“C’est pas vrai, qu’est-ce que je peux être maladroit parfois !” dit-il à voix basse. “Décidément, il va vraiment falloir que je m’occupe de ces placards”. David avait en projet de réaménager les placards pour en faire un vrai dressing, design et fonctionnel, en bois sombre comme il aimait.

 

Il sortit de la salle de bain et s’affaira autour du petit déjeuner. Dehors, le ciel était effectivement bien gris. Le thermomètre affichait douze degré... pas très chaud pour un matin de septembre. Il décida de mettre un pull avant de sortir de la maison, afin de ne pas prendre froid. Il prépara le petit-déjeuner de Lola et lorsqu’il fut prêt, il l’appela : “Lola, tu viens mon coeur, ton petit dej’ est prêt !”

 

“Oui, j’arrive !” avait-elle répondu. En général, le premier appel devait être suivi d’un second car Lola était retournée à l’étage dans sa salle de jeu, pour y bricoler. Lola n’était pas de ces enfants qui s’installent le matin devant la télé à gober du tout prêt à consommer, tout cela copieusement arrosé de publicités. Bien sûr, elle avait ses périodes où elle suivait une série de dessins animés, mais c’était rare !

 

David ne s’en plaignait pas. “Lola, tu viens, ça va être froid, je t’ai fait un lait !”

 

“Oui, oui, j’arrive !” avait-elle affirmée... quelques minutes plus tard, effectivement, elle était descendue. Dans les mains, une feuille sur laquelle elle avait réalisé un collage avec les héros de High School Musical, sa lubie du moment !

 

“Tu vois Papa, c’est High School Musical ! Mah ! Mah ! Bouh, bouhhhh !!!” mima-t-elle. Elle riait aux éclats et David aussi, cela l’amusait énormément. Ils déjeunèrent ensemble.

 

David demanda à Lola si elle avait fait de jolis rêves durant la nuit. Lola lui répondit par l’affirmative et elle entreprit de lui en raconter un bout. Lola parlait énormément, comme beaucoup de petites filles de son âge. David relançait souvent la conversation. Puis sans transition, elle lui parla d’Elise dont les parents étaient séparés et qui s’étaient finalement remis ensemble. Elise avait dit à Lola d’avoir du courage. Les deux petites se soutenaient mutuellement... à huit ans, il y avait tellement de maturité en elles, pensait David.

 

Les pensées de David s’assombrirent à nouveau. Il repensa à la séparation, à l’interdit d’aimer. Il composa et tenta de faire bonne figure devant Lola. Il changea de sujet.

“Lola quand tu auras fini, tu vas à la douche, je t’ai préparé des vêtements pour aujourd’hui, tu me diras si cela te va ? Ok ? Et s’il te plaît, mets un gilet car il fait frais !”

 

Lorsqu’elle eut terminé son lait, elle se dirigea vers la salle de bain et appela David. “Papa, tu viens m’allumer la douche s’il te plaît ?”

 

Lorsque cela fut fait, David retourna dans la cuisine et débarrassa la table du petit-déjeuner. Il plaça les bols dans le lave-vaisselle et nettoya la table. Ses gestes étaient mécaniques, il les faisait tous les matins depuis tellement d’années. En jetant le pot d’un yaourt, une petite cuillère glissa dans la poubelle ! Heureusement, il la vit et la récupéra immédiatement... Il en avait déjà perdu assez ces dernières semaines ! Ses pensées fuyaient... il aurait aimé ne plus penser... Il se rendit devant la baie vitrée, l’entrouvrit et sortit sur la terrasse. Effectivement, l’air était assez frais pour un matin de septembre. David respira à fond et regarda le ciel chargé. Une tourterelle passa en volant à tire-d’aile. Un chat était aux avant-postes, perché sur le toit de l’abri de jardin qui était au fond du jardin.

 

David avait un gros dossier à traiter aujourd’hui au bureau et il faudrait qu’il soit au top. Il était agent d’assurance pour de grands comptes. Il respira à nouveau en s’étirant. Tout était calme, il n’y avait pas beaucoup de vent. Bientôt, il faudrait partir au travail. Il rentra dans la maison.

 

Lola avait fini de prendre sa douche, l’eau avait cessé de couler. David rassembla quelques affaires, il irait peut-être faire un peu de “muscu” ce midi à la salle de sport... enfin, peut-être ! Il prépara néanmoins son sac au cas où, en prenant soin de ne rien oublier : un haut technique, un pantacourt, une paire de chaussettes, les chaussures, une serviette, un boxer de rechange. Tout était là, il ferma le sac et l’emmena pour le déposer immédiatement dans le coffre de la voiture.

 

Quand soudain Lola s’écria : “Papa vient voir !” Que se passait-il ? David lâcha le sac et courut immédiatement jusqu’à la salle de bain.

 

Il entra. Lola avait fini de prendre sa douche et il faisait chaud. Elle regarda son père avec un large sourire et lui dit alors : “Regarde, c’est pour toi !” De la buée avait entièrement recouvert le grand miroir.

 

Au milieu du miroir, elle avait écrit dans la buée :

“Papa” avec un cœur au bout !

 

David fut alors immédiatement propulsé au comble du bonheur... Oui, c’était un immense bonheur, une attention rien que pour lui, avec tellement d’amour dedans ! Ses yeux s’emplirent de larmes, il l’a prit dans ses bras, lui fit un gros bisou en lui disant que lui aussi il l’aimait et l’aimerait toujours ! Et puis il est allé chercher l’appareil photo...

 

Voici l'image qui est à l'origine de ce moment de vie...

 

DSCN0006

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article